30 novembre 2020

Comment l’habitat participatif fleurit à Toulouse et participe à l’inclusion

En tant qu’aménageur, Oppidea pousse à expérimenter toutes les nouvelles formes d’habiter la ville. Parmi elles, l’habitat participatif inclut les habitants dans la conception de leur logement, la définition des espaces de vie collectifs et des espaces publics futurs. A Toulouse, le plus gros projet d’habitat participatif de France a vu le jour dans l’écoquartier de La Cartoucherie. La démarche est reproduite dans d’autres quartiers aménagés par Oppidea, soucieux de bâtir la ville durable avec les habitants.

L’habitat participatif, nouveau mode collectif pour mieux produire l’habitat, partager l’espace, vivre ensemble

L’habitat participatif est une nouvelle démarche pour produire de l’habitat collectif. Elle s’appuie sur la co-construction du projet entre un promoteur, un architecte et les futurs habitants, afin de concevoir un habitat sur mesure conforme aux attentes et aux besoins de chacun. L’habitat participatif est donc un projet partagé : issu d’un travail collectif en amont, il est un projet de vie en commun. Une charte organise les détails pour bâtir la communauté d’habitants puis la gérer. L’approche se veut mixte en matière sociale et générationnelle (origines, typologie de foyers, etc.). Retraité ou jeune couple, famille ou célibataire de tous niveaux sociaux, tout le monde doit pouvoir trouver sa place.


« L’habitat participatif est une brique importante de l’inclusion sociale. C’est une forme d’accession à la propriété intelligente, incitant les habitants à réfléchir sur leurs besoins et à s’engager sur l’environnement qui les entoure »  Céline Gislard, directrice du développement chez Oppidea.

Concrètement, le travail collectif va permettre d’amener chaque habitant à définir le type puis la surface de son logement et ses annexes, la localisation du logement au sein de l’immeuble, suivant ses besoins et les moyens dont il dispose. La conception de chaque logement est orientée sur la qualité d’usage et l’évolutivité, mais aussi la maîtrise du coût de construction.


Le projet d’habitat participatif va même plus loin. Il inclut en effet le partage d’espaces communs et de services. Leur définition incombe au collectif d’habitants, qui s’en répartiront ensuite la charge. On peut retrouver sur l’îlot :

  • Un atelier de bricolage,
  • Des jardins ou potagers partagés,
  • Une salle polyvalente,
  • Une salle de jeux pour enfants,
  • Des toitures terrasses accessibles,
  • Etc.

A l’échelle de chaque bâtiment, il est aussi possible pour les habitants de décider en amont des espaces communs que l’on souhaite voir aménager. Cela peut consister en une buanderie, une salle de musique, une cuisine commune, voire un studio d’amis partagé !

L’écoquartier la Cartoucherie accueille le plus gros projet d’habitat participatif de France

Pour débuter, Oppidea mobilise généralement un assistant à maîtrise d’ouvrage spécialiste pour organiser les projets d’habitat groupé participatif. Lancé en 2013, le projet baptisé « Aux 4 vents » a été accompagné de la sorte par l’association « Faire Ville ». Objectif : aider les acteurs engagés à faire vivre (et aboutir) la démarche de co-construction collective, avec des rendez-vous réguliers de définition du projet.


Le projet d’habitat participatif « Aux 4 vents » a finalement vu le jour en 2018 dans l’écoquartier La Cartoucherie qu’Oppidea aménage pour la ville de Toulouse. 89 logements sont répartis dans 4 bâtiments, avec un jardin central et des espaces communs nombreux. Pour concrétiser ce projet, il faut aussi structurer la maîtrise d’ouvrage qui va conduire l’opération immobilière : l’opération « Aux 4 vents » a ainsi été portée par le bailleur social Les Chalets (3 bâtiments cumulant 67 logements en location-accession ou accession progressive à la propriété en SCIAPP) et la coopérative d’habitat Abricoop (un bâtiment de 17 logements en autopromotion).

 

Écoquartier La Cartoucherie - Crédit photo : C. Picci
Écoquartier La Cartoucherie - Crédit photo : C. Picci

Co-construire la ville durable avec des habitants engagés : Oppidea pousse l’innovation d’usage

 « Aux 4 vents » livré en 2018 dans l’écoquartier La Cartoucherie, est un programme d’habitat participatif de 89 logements, emblématique par son ambition.  Il s’agit en fait du 2eme projet de ce type, à l’échelle de Toulouse Métropole.  Une première opération d'une trentaine de logements en habitat participatif (Résidence Callisto, porté par le groupe Les Chalets) avait en effet été livrée en 2016, dans l’écoquartier Vidailhan à Balma, avec le soutien d'Oppidea et des collectivités. Pour rappel, Toulouse Métropole a inscrit l’habitat participatif comme action spécifique du Programme Local de l’Habitat (PLH) 2010-2015. Et elle n’a depuis pas cessé de soutenir la démarche sur son territoire.


Tout aménageur, toute collectivité souhaitent résolument accueillir des habitants acteurs de leur résidence, mais aussi de leurs quartiers. « Avec les habitants en habitat participatif, Oppidea a bénéficié très en amont d’interlocuteurs solides, impliqués et désireux de rechercher les meilleures solutions pour leur quartier futur. C’est un vrai atout : ils sont sachants sur le sujet, prêts à expérimenter et l’aménageur n’a plus à extrapoler les attentes des futurs habitants, ils sont là ! » insiste Céline Gislard, directrice du développement chez Oppidea.


A l’échelle de l’écoquartier La Cartoucherie, des rendez-vous réguliers (ateliers, visites de terrain) poursuivent cette initiative et impliquent désormais les associations d’habitants, de commerçants et Oppidea. Ils permettent de relever les interrogations des habitants, motiver des demandes auprès des promoteurs, qu’il s’agisse d’empreinte architecturale, de cohésion d’ensemble ou de place laissée à la nature.

Une nouvelle opération d’habitat participatif en gestation, à Blagnac-Andromède 

Faire des habitants et usagers des nouveaux quartiers des co-acteurs de la ville inclusive à bâtir est l’une des priorités défendues par Oppidea. Dans ce cadre, l’habitat participatif constitue un levier majeur pour parvenir à co-construire la ville de demain, en expérimentant de nouvelles pistes. Un nouveau projet d’habitat participatif, baptisé Arpège, est porté par les opérateurs Le Col et Patrimoine SA Languedocienne. Il a démarré dans l’écoquartier Blagnac-Andromède aménagé par Oppidea à Blagnac et Beauzelle et porte sur 20 logements neufs en accession sociale à la propriété. Le début des travaux est envisagé pour 2021.

 

Écoquartier Blagnac-Andromède
Écoquartier Blagnac-Andromède

 

L'habitat participatif prend aussi vie à Empalot

Dans le quartier d’Empalot, l’opérateur Les Chalets propose le programme d’habitat participatif « Vision R » présenté sur le site Faire-ville.fr, site dédié au développement et à la promotion de modes de vie innovants. Le projet situé à proximité immédiate de la Brique Rouge, équipement culturel du quartier, se compose de 52 logements neufs en accession sociale à la propriété et d’environ 120 m² d’espaces mutualisés. Les Chalets ont développé un parti pris volontariste : la prise en compte de l’intérêt senior et en particulier des femmes. L’offre en faveur de l’habitat adapté aux seniors sera notamment élargie afin de rendre les acquéreurs acteurs de leur parcours résidentiel. La réalisation est prévue d’ici 2024 et s’inscrit dans le cadre du Projet de Renouvellement Urbain du quartier .

 

Retour à la catégorie Projets